Le design donne un nouvel élan aux hôtels parisiens

A Paris, les touristes et hommes d’affaires ne savent plus où donner de la tête. Du récent Shangri-La au tout neuf Mandarin Oriental, les nouveaux hôtels de luxe s’ouvrent en cascade alors que les rénovations d’adresses comme le Prince de Galles battent leur plein et que les lieux plus intimes et accessibles font tout pour se doter d’une vraie personnalité.

Philippe Starck sous les projecteurs du Royal Monceau

JPEG - 373.8 ko

A chaque fois, le design impose son tempo. Un établissement se doit de plus en plus d’afficher une signature forte. Le nom et la patte de Philippe Starck ont fait beaucoup pour mettre sous les feux des projecteurs le Royal Monceau. Il a créé la rupture avec des chambres qui ont déjà l’air habitées avant même l’arrivée du client : une photo glissée derrière un miroir, des livres posés en piles sur le bureau, une guitare. C’est la même piste d’un endroit presque comme chez soi mais en mieux que suit l’hôtel Thoumieux. L’architecte et designer India Madhavi a recréé une atmosphère de maison de campagne où l’on mêle les styles en associant imprimés africains et motifs victoriens.

La valse des designers

Le choix du créateur donne le ton. Confié à Matali Crasset, adepte des objets transformables et de la couleur, le Hi Matic propose des chambres modulables et très vives aux allures de cabanes. Le soir, le matelas se déroule, à la manière du meuble « Quand Jim monte à Paris » qui avait fait connaître la designer. Un décor bien dans l’air du temps, en accord avec le concept où tout se veut automatisé, y compris l’enregistrement par borne. Alors que pour se faire une place dans le luxe à la française, le Shangri-La, avec Pierre-Yves Rochon, et le Mandarin Oriental, avec Sybille de Margerie, ont préféré des spécialistes de la décoration d’hôtel version chic. Mais ce dernier, qui a ouvert fin juin, a aussi demandé aux moins conventionnels Patrick Jouin et Sanjit Manku d’imaginer les restaurants chargés de mettre en scène la cuisine plutôt avant-gardiste de Thierry Marx. Chaque type d’espace doit en effet véhiculer une tonalité particulière.

Haute Couture et Hôtels, un mariage de raison

Et lorsqu’ils ne font pas appel à des noms connus, les établissements n’en puisent pas moins des idées dans les grandes tendances d’agencement du moment : l’absence de réception, souvent remplacée par un accueil plus personnalisé dans un fauteuil du hall, l’installation du lit au milieu de la pièce, la disparition des frontières entre la salle de bains et la chambre, la construction de dressings aux allures de cabines d’essayage, voire l’existence d’un espace centré sur l’art ouvert aussi sur l’extérieur. Autre phénomène émergent : l’arrivée de noms de la mode dans l’hôtellerie. Il existait déjà le Bellechasse aux couleurs de Christian Lacroix. Maison Martin Margiela vient, dans le style minimaliste qui lui est cher, de revisiter les contours de La Maison Champs-Elysées. Le courant est le même que dans le mobilier contemporain où les griffes de vêtements gagnent du terrain, fortes de leur identité bien marquée. Le mouvement ne fait que commencer. La capitale, qui s’était un temps laissé distancer par d’autres villes européennes en matière de design hôtelier, a largement rattrapé son retard.

Hélène Amette © AdC – L’Agence de Contenu

Portfolio


 

 
Contact

Envoyer un message

Copyrights Partager

Partager sur les réseaux